Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Qui est Philippe Wobiwouo, 34 ans, nouveau patron Afrique de l’espagnol BTD ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
A tout juste 34 ans, Phillipe Wobiwouo va piloter les activités africaines du géant espagnol BTD, spécialiste du montage et de la gestion de projets dans les domaines de l’eau, de la santé, l’énergie et la formation professionnelle.

34 ans, bien dans sa tête et dans son costume, Philippe Wobiwouo est le nouveau directeur Afrique de BTD, une multinationale espagnole versée dans le montage et la gestion de projets structurants dans les domaines de l’eau, la santé, l’énergie et la formation professionnelle.

Sa nomination à la tête des affaires Afrique de BTD est une belle reconnaissance pour celui qui mené les premières implantations de la firme espagnole sur le Continent. Avec plus de 20 ans d’existence et plus 150 projets dans plus de 26 pays à travers le monde, BTD, spécialiste des partenariats public-privé (PPP) est physiquement présente en Europe, en Amérique latine et en Afrique. Mais c’est seulement il y a trois ans que la firme espagnole a enfin décidé -certes après plusieurs missions ponctuelles dans plusieurs pays- de s’établir sur le Continent, précisément au Cameroun et en Guinée équatoriale. Et c’est à Philippe Wobiwouo qu’elle a confié la direction de ces filiales.

Un entrepreneur et derrière les récents succès africains de BTD

A la base, ce Camerounais formé à l’European School of Economics de Milan en Italie est entrepreneur. Après avoir travaillé dans diverses entreprises en Espagne dont le constructeur routier et hôtelier B3IS, il a lancé Push&Buzz basé à Valence et active en Afrique, dont il est président, après avoir délégué la gestion quotidienne. Impliquée dans l’import-export de champagne et carreaux, ainsi que dans l’événementiel, l’entreprise aurait réalisé -selon les médias camerounais- un chiffre d’affaires de près de 930 000 euros en 2017.

Parallèlement, son bilan à la tête de deux filiales de BTD est plutôt positif. Au Cameroun où l’activité consiste essentiellement en la conception et la construction des systèmes d’approvisionnement en eau potable, Wobiwouo a mené à succès des projets à l’Est, dans le littoral et à l’Ouest du pays, ainsi que l’équipement médical d’un grand hôpital au Sud. Ici d’ailleurs, son activité d’entrepreneur couplée à ses fonctions de manager de la filiale de BTD ont renforcé son influence dans les milieux d’affaires et au sein de la jeunesse. Très suivi sur Facebook notamment, il était notamment remarqué à la présentation des vœux au président Paul Biya ce mercredi 9 janvier au Palais de l’Unité de Yaoundé.

Philippe Wobiwouo

En guinée équatoriale où l’activité a été particulièrement intense, Wobiwouo a été le stratège d’une douzaine de projets allant de la formation des fonctionnaires de divers départements ministériels à l’équipement complet -conception, fabrication, fourniture et installation- d’administrations comme le nouveau siège du Trésor général de l’Etat pour un coût 2,2 millions d’euros. Un autre projet clé a consisté en la formation sur deux ans de 150 agents du ministère des finances et des budgets dans divers domaines dont l’utilisation des TIC, l’économie, la finance, la comptabilité, le contrôle, la gestion des comptes budgétaires ou encore l’analyse des soldes.

Objectif Afrique de l’Ouest

A ce jour, BTD a mené d’importantes missions ponctuelles dans plusieurs pays du Continent se chiffrant, à chaque fois, à plusieurs millions d’euros. La firme a notamment mené un projet portuaire du Bénin, une importante participation dans le programme d’assainissement de Dakar au Sénégal et des projets énergétiques au Kenya et au Mozambique. Ses contrats les plus juteux, la multinationale les a décrochés en Angola où elle a, entre autres, construit et fournis des navires de type catamaran destinés au transport des passagers dans les zones côtières, des bateaux rapides en aluminium pour la surveillance et le sauvetage des côtes et des navires de sauvetage maritime équipés de systèmes de sauvetage en mer.

Désormais, la responsabilité de consiste non seulement à pérenniser les activités de BTD dans ses implantations actuelles, mais aussi réussir l’ouverture de filiales sur de nouveaux marchés. La firme en vise sept prochainement, avec en priorité la Côte d’Ivoire et Sénégal où elle entend établir des bureaux à Abidjan et à Dakar.

Avec La Tribune Afrique

%d blogueurs aiment cette page :