Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Saf Safal : Ces produits cancérigènes que les femmes mettent dans leur sexe

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elles ont la réputation d’être coquettes et coquines et ne lésinent sur rien pour faire plaisir à leur mari et le soustraire à toute tentation d’aller voir ailleurs.

Sur ce plan, leur imagination est fertile et leur réputation dépasse les frontières. Si bien que nombre d’hommes de la sous-région rêvent d’épouser une Sénégalaise. Encens, perles autour des reins, petits pagnes et autres lingeries plus affriolantes les unes que les autres.

Des pièges dans lesquels n’importe quel homme normalement constitué, rêve de se laisser prendre. En victime consentante et comblée.

Seulement, elles ont maintenant tendance à pousser la coquinerie trop loin, au sens propre du terme.
Alors que jusque-là, les produits étaient à usage externe, (encens, perles, parfum) , certaines en sont arrivées à introduire des substances chimiques dans leur sexe, histoire de le rendre plus étroit ou d’en augmenter la lubrification : Les fameux Saf Safal.

Des actes qui semblent anodins, mais dont les conséquences peuvent être désastreuses.

Ces produits chimiques causent en effet des lésions internes pré cancérigènes.

L’augmentation exponentielle du taux de cancer du col de l’utérus en est une illustration.

Madame Coumba Sarr Gueye, présidente du mouvement M’boloom- Santé et chef de service à l’hôpital Matlaboul Fawzeini de Touba.
« Si on prend 100 consultations en gynécologie, plus de 50 d’entre ces femmes consultées ont des cols suspects, et parmi elles plus de 20% sont en général atteintes par le cancer à différents stades.

Le cancer ne vient pas d’un seul coup. C’est un processus qui se poursuit et à chaque fois qu’on détecte, on voit qu’il y a des femmes qui sont à des stades un peu avancés, d’autres qui sont avec des lésions pré cancérigènes. (…) Le vagin n’est pas un lieu où on met n’importe quoi et n’importe comment. »
A bon entendeur…

Serigne Mbacké Ndiaye