Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

OPINION / Tribune du premier ministre : Monsieur Dionne, les mots ne suffisent pas toujours pour habiller les maux. • Par S Mb Ndiaye

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comme pour le communiqué d’Amnesty International dénonçant la violation des droits de l’homme par le Sénégal, la contribution du consultant bancaire Mohamed Dia parue dans lemonde.fr et intitulé « Le plan d’infrastructures de Macky Sall envoie le Sénégal dans le mur » a suscité de l’état, une réaction dont la célérité et la personnalité de l’auteur, en disent long sur le sérieux de l’accueil qui lui fut réservé en haut lieu.

 

En effet, monsieur Dia a eu l’insigne honneur de voir le premier ministre lui porter la réplique dans un long article repris in extenso par certains journaux.

Est- ce la pertinence de la contribution et les dégâts qu’elle pourrait occasionner le cas échéant,  ou la renommée du journal (Le Monde !!) qui explique que le premier ministre se soit chargé de la tâche alors qu’ il existe un ministre chargé du suivi du Plan Sénégal Émergent,  en l’ occurrence monsieur Cheikh Kanté ?

« Avec le Plan Sénégal Émergent initié en 2014 par le président Macky Sall, le pays s’est lancé dans la construction d’infrastructures pour favoriser le développement économique. » « Ces infrastructures sont improductives, nous dit Mohamed Dia sans ambages. Nous sautons beaucoup d’étapes en nous dotant d’infrastructures de nouvelles générations car elles ne reflètent pas l’état réel de notre économie. Nous faisons face à des problèmes d’autosuffisance alimentaire, d’éducation,  d’accès à l’eau potable et à des soins médicaux. «

La contribution de Mohamed Dia est un chapelet de complaintes dont nous égrènerons quelques perles.

• L’autoroute Ila Touba, longue d’une centaine de Km est financée grâce à un emprunt concessionnel de 416 milliards de Exin Bank China  à un taux d’intérêt de 2% sur 25 ans.

• Tant qu’il n’y a pas de développement harmonieux sur l’étendue du territoire, ce genre de routes est inutile, estime monsieur Dia qui donne l’exemple du centre hospitalier de Pikine qui a coûté 7 milliards. Combien d’hôpitaux départementaux on aurait pu construire avec 416 milliards afin de désengorger les hôpitaux de Dakar ? » se demande-t-il.

• Des milliers d’élèves étudient dans des abris provisoires. Il y’en aurait 6 369 au Sénégal,  alors que 40 milliards CFA auraient suffi pour les transformer en classes dignes de ce nom.

• 126 milliards ont été nécessaires pour construire le Centre de Conférence International Abdou Diouf et Aréna Dakar.

• 35 milliards pour l’arène nationale, alors qu’un autre stade Olympique de 50 000 places  est prévu en 2020. Une  usine de dessalement de l’eau de mer pour résoudre le problème de l’eau ne coûterait pourtant que 135 milliards de CFA selon les estimations du consultant.

• Le Train Express Régional (TER), qui doit relier Dakar à  l’Aéroport Blaise Diagne, soit 57 km a coûté 750 milliards et construit malgré l’opposition de la Banque Mondiale et le fait que le Sénégal occupe la 162ème place sur 188 sur l’indice du développement humain et 0,07 médecin pour 1000 habitants.

Ce que monsieur Dia reproche à Macky Sall est d’abord un chamboulement de l’ordre des priorités et l’incongruité de certaines infrastructures.

Nous faisons face à un problème d’autosuffisance alimentaire, se désole donc le consultant.

Les efforts nous ont permis des records en matière agricole et de pêche, répond le premier ministre dont l’objectif affiché est l’autosuffisance alimentaire.  Les subventions de matériels agricoles sont à hauteur de 60%  et atteignent même 70% dans certains cas, les subventions des semences et des engrais à hauteur de 50% ainsi que les résultats de la recherche agronomique ont permis au pays d’augmenter la production céréalière de manière significative, ajoute-t-il.

Comment expliquer alors ces poches de famine au Nord et à l’Est du pays, au point de pousser l’Action contre la faim à tirer sur la sonnette d’alarme et la Fao à inscrire le Sénégal sur la liste des 37 pays ayant besoin d’aide alimentaire ? Des poches qui risquent de se transformer en gouffres et surtout s’étendre sur une bonne partie du pays du fait d’un hivernage mal à point.

Peut-on atteindre l’autosuffisance alimentaire sans maîtrise de l’eau et en faisant dépendre sa production agricole des caprices de la nature ? Surtout en ces temps de changement climatique et de réchauffement de la terre?

Dans le domaine de la pêche et de l’élevage,  les subventions allouées aux pêcheurs et aux éleveurs ont permis de prouver leur efficacité, ajoute monsieur Dione dans sa réponse.

Comment expliquer que nos pêcheurs soient souvent arraisonnés, voire tués en Mauritanie?

Quant à l’élevage,  il sera difficile de nier toute évolution du secteur depuis la venue de Macky Sall au pouvoir. Cependant, bien que le Sénégal possède un tapis herbacé beaucoup plus propice à l’élevage que la Mauritanie et le Mali, nous sommes totalement dépendants de ces deux pays pour combler notre déficit en moutons à la veille de chaque Tabaski. Ainsi en 2017, sur un besoin en moutons de 750 000 bêtes,  300 000 sont arrivés de la Mauritanie et un nombre encore plus important du Mali.

Même si des initiatives visant à moderniser le secteur sont entreprises, des efforts colossaux sont encore attendus. La preuve, lors d’une conférence de presse tenue à la veille de la Tabaski, les éleveurs ont demandé par la voix de leur porte-parole Moussa Sick Samb, la démission de leur ministre de tutelle Aminata Mbengue Ndiaye à qui ils reprochent de ne pas s’occuper de leur secteur.

Il y aurait donc 6 369  abris provisoires au Sénégal, alors que 40 milliards CFA auraient suffi pour en faire des classes capables d’accueillir dignement les apprenants, s’offusque Mouhamed Dia.

Le premier ministre lui répond en mettant l’accent sur le maillage du pays en fibre optique et l’acquisition d’un super calculateur de 320 teraflop, un des plus puissants de l’Afrique Subsaharienne,  hors Afrique du Sud. Nous préparons ainsi notre entrée dans l’économie du savoir, conclut monsieur Abdallah Boune Dione

Avant l’économie du savoir, ne faut-il pas d’abord penser au savoir tout court?

Personne ne reviendra sur la déliquescence totale de l’éducation au Sénégal, symbolisée par des taux d’échec qui frisent parfois les 80% lors de certains examens, au lycée comme à l’université avec son corollaire,  un taux de déperdition scolaire indigne d’un pays qui aspire à l’émergence.

Des milliers d’étudiants inscrits par le gouvernement dans les universités privées, voient leur avenir remis en cause par la faute de l’état qui ne s’acquitte pas de leurs mensualités. Alors entre deux gouffres, informatique et scolaire,  lequel s’avère le plus urgent à combler monsieur le premier ministre?

Avec le Plan Sénégal Émergent,  notre pays apprend à marcher sur ses deux pieds, dit monsieur Dionne.

Les deux pieds d’un pays, monsieur le premier ministre, (et tous les états développés vous le confirmeront) c’est une agriculture qui met le paysan à l’abri de la pauvreté et la population à l’abri de la faim et une éducation efficace et efficiente qui forme des citoyens instruits, capables d’assurer leur avenir et le développement de leur pays.

Vu l’état de notre agriculture et de notre éducation,  le Sénégal apprendrait plutôt à marcher sur la tête.

Un développement harmonieux sur l’assemble du territoire suppose la transformation de nos ressources agricoles, naturelles et minières avant leur exportation. La transformation précède l’exportation. Le Sénégal se contente d’exporter ses ressources à l’état brut, se privant ainsi de toute la chaine de valeurs ajoutées auxquelles il aurait pu prétendre.

 

Prenons trois des principaux produits exportés par le Sénégal: l’arachide, la mangue et la noix de cajou.

Le Sénégal exporte  130 000 tonnes de mangues par an. Une mangue dont la qualité est avec celle de l’Éthiopie, la meilleure au monde et qui pourrait fournir des milliers d’emplois si elle n’était exportée en l’état. En effet la mangue donne du jus, du vinaigre, du beurre de mangue, des produits cosmétiques et du compost.

Quant à l’arachide, nous en avons exporté 1 411 574 tonnes en 2017. Alors que transformée, l’arachide donne du beurre de table, du beurre d’arachide qui intervient dans la composition des biscuits, du fourrage, du savon, son huile est aussi utilisée dans la fabrication de médicaments et des solvants. Bref  une chaîne de valeurs inestimable.

Les noix de cajou: Le Sénégal en a exporté 30 000 en 2017. On pourrait pourtant en tirer du jus naturel, de la confiture, des médicaments,  des liqueurs.

Un développement harmonieux suppose que toutes ces ressources, que nous bradons à vil prix, servent de matières premières à un tissu industriel réparti sur l’assemble du territoire selon les spécificités régionales et une production agricole optimale qui transcende les saisons car nourrie par des systèmes d’irrigation qui libèrent les paysans de l’étau des saisons, des intrants de qualité et une formation adéquate qui leur permettent d’optimiser les récoltes.

C’est dans ces conditions que des infrastructures routières prennent tout leur sens. Comme en Europe ou aux Usa où des millions et des millions de camions circulent, pour transporter des millions et des millions de tonnes de produits manufacturés à des millions et des millions de consommateurs.

Dans un pays où les rares industries se retrouvent concentrées à Dakar alors que le reste du pays est complètement lunaire, Ila Touba n’a aucune pertinence économique et aucune autre ambition que d’accueillir des voitures particulières et de vieux bus qui tiennent  plus de cercueils ambulants que de cars de transport.

On aurait préféré à la place du Ter avec ses 750 milliards (dont nous ne maitrisons ni la technologie pour en assurer la maintenance,  ni la production énergétique qu’ il requiert),lLa réhabilitation du rail sur l’ensemble du territoire. Le train est un formidable vecteur économique qui ressuscitera non seulement les économies locales, mais soulagera la route des gros porteurs maliens qui la dégradent.

Des centaines de milliards pour construire des infrastructures sportives alors qu’à part le basket, le Sénégal n’a aucun palmares  et n’a jamais rien remporté de significatif. Nous avons déjà 4 stades à Dakar qui sont inopérants car mal entretenus: Leopold Sédar Senghor, Iba Mar Diop, Demba Diop, Assane Diouf.

On aurait compris au Cameroun ou en Egypte où le football leur a valu pas mal de satisfaction. Il n’y aurait rien à redire si  c’était le Kenya ou l’Éthiopie, champions incontestés de l’athlétisme. L’Afrique du Sud à la rigueur avec son rugby.

Tous ces investissements somptuaires et inutiles, mettent sous tension le trésor, bloquent les investissements sociaux (écoles, hôpitaux, santé)  et renforcent le service de la dette

Le premier ministre Abdallah Boune Dione terminera sa réponse par ces mots :

« Le président Macky Sall a véritablement fait le choix d’un Sénégal de tous et d’un Sénégal pour tous qui place le Sénégal de manière irréversible sur la voie d’une émergence inclusive et d’une prospérité retrouvée et partagée. Les résultats sont déjà tangibles au grand bonheur du peuple Sénégalais ».

Une conclusion hâtive qui se sent dans la syntaxe. Quant au substratum, les principaux concernés apprécieront.

 

Serigne Mbacké Ndiaye.

11 pensées sur “OPINION / Tribune du premier ministre : Monsieur Dionne, les mots ne suffisent pas toujours pour habiller les maux. • Par S Mb Ndiaye

  • 17 novembre 2018 à 14 h 19 min
    Permalink

    Sling tv coupons and promo codes for november 2018
    Hello i am kavin, its my first time to commenting anyplace, when i read this piece of writing i thought i
    could also make comment due to this sensible piece of writing.

    Sling tv coupons and promo codes for november 2018

  • 14 novembre 2018 à 12 h 26 min
    Permalink

    If you desire to obtain a good deal from this post then you have to apply these
    techniques to your won web site.

  • 12 novembre 2018 à 0 h 23 min
    Permalink

    This post gives clear idea in favor of the new users of blogging, that in fact how to do running a
    blog.

  • 9 novembre 2018 à 11 h 04 min
    Permalink

    With a reasonably long compensation time period and relatively low rate of interest, these loans are ultimate for
    many who are in want of a bigger amount. On the contrary, unsecured option of
    the no guarantor loans is right for small time expenses.
    The mortgage quantity utilized for will be derived in quick time, with out having
    to offer any collateral.

  • 24 octobre 2018 à 18 h 43 min
    Permalink

    After looking over a few of the blog articles on your web page,
    I seriously like your technique of writing a blog. I added it to my
    bookmark webpage list and will be checking back in the near future.
    Please check out my web site too and tell me how you feel.

  • 23 octobre 2018 à 12 h 54 min
    Permalink

    Great post. I used to be checking continuously this blog and I am inspired!
    Extremely helpful info specifically the final phase 🙂 I care for such information much.
    I used to be seeking this certain information for a very lengthy time.
    Thanks and best of luck.

  • 18 octobre 2018 à 20 h 15 min
    Permalink

    I have been surfing online more than three hours today,
    yet I never found any interesting article like yours.

    It is pretty worth enough for me. In my view, if all webmasters
    and bloggers made good content as you did, the web will be much more useful than ever before.

  • 16 octobre 2018 à 17 h 53 min
    Permalink

    This paragraph provides clear idea in favor of the new viewers of blogging, that actually how to do blogging and site-building.

  • 4 octobre 2018 à 5 h 53 min
    Permalink

    With havin so much content do you ever run into any problems of plagorism or copyright
    violation? My site has a lot of exclusive content I’ve either
    created myself or outsourced but it seems a lot of it is popping
    it up all over the web without my agreement. Do you know any solutions to help stop content from being
    ripped off? I’d truly appreciate it.

  • Ping :80 prétendants à la fonction présidentielle : En route pour une République bananière • NHnews - Nouvel horizon Sénégal

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :