Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Sénégal : pourquoi les multinationales ne paient pas d’impôt

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq pays africains dont le Sénégal participent au sommet du G7 à Biarritz. Pour le président Macky Sall, invité en tant que président du Nepad (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique), c’est l’occasion de souligner les inégalités Nord-Sud, et de rappeler que face à l’évasion fiscale, les pays africains ont plus en commun avec les grandes démocraties libérales qu’il n’y paraît.

Le G7 est un cadre de concertation pour les pays  les plus industrialisés, des sept pays les plus industrialisés, souligne le président Macky Sall. Ce dernier pense donc que cette plateforme doit permetttre aux Africains de poser leurs préoccupations  de façon à ce que leurs partenaires puissent parler avec les Africains, et parler pour l’Afrique, au lieu de parler des Africains et de l’Afrique de façon générale. « Donc cette approche, qui est une approche partenariale, est à saluer.

Et de ce point de vue, Emmanuel Macron n’a pas été le premier à inviter des pays africains, mais la manière dont il a conduit cette invitation, c’est que nous avons été associés par nos sherpas déjà depuis plusieurs mois, sur les négociations, sur les aspects. Et nos préoccupations, je pense, seront prises en compte, notamment sur des thématiques comme la lutte contre l’évasion fiscale et la fraude fiscale qui ruinent nos pays », se félicite-t-il. 

Pour le chef de l’Etat, qui se confie ainsi à nos confrères de rfi, il est clair que pour une société plus équitable, il faut absolument que les richesses paient des taxes là où elles sont produites. « Or nous savons que c’est un combat de longue haleine de l’Afrique pour amener à changer la donne sur notamment aujourd’hui les facilités fiscales qui sont le fait des grandes multinationales », se navre-t-il.

Lorsque les journalistes de rfi lui demandent à qui  ou à quelle entreprise il  pense, Macky Sall fait dans le clair-obscur. 

« Non. Ce sont toutes les multinationales. Car selon les domaines, ça peut être celles du pétrole, celles du gaz, des entreprises minières, mais également des télécoms. Donc, ce sont toutes les multinationales qui ont des stratégies en fait de congé fiscal et qui bénéficient très souvent de législations anciennes ». 

Il faut amener les partenaires si vraiment les gens veulent lutter contre les inégalités à faire en sorte que les règles changent. C’est en substance le plaidoyer de Macky Sall devant ses partenaires étrangers. 

Omar Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :