Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Silence des cadres de l’Apr : Les confidences d’un proche de Macky Sall

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il y a au sein du camp présidentiel, les kamikazes  comme Yaham M’baye qui au nom de la foi (politique)  s’en vont se faire exploser (dans les médias) pour défendre une cause difficilement défendable par la raison et la logique.

Il y a ceux qui, de façon ostentatoire et revendiquée, se sont éloignés résolument de la bombe à retardement qu’est l’ affaire Aliou Sall, de peur  qu’elle ne leur explose dessus.

Il y a enfin les autres. 

Connus  pour leur promptitude à dégainer au moindre signal  alerte,  au point d’hériter du sobriquet  de répondeurs automatiques, et qui se morfondent paradoxalement dans  une aphonie  intrigante.

Pourquoi ce silence des cadres de l’ Apr  (comme s’ils s’étaient donnés le mot)  devant ce qui apparaît comme la plus  grave crise que traverse le président Macky Sall depuis son accession à la magistrature suprême en 2012. ? 

L’un de ses plus proches collaborateurs a bien voulu nous faire des confidences dont nous vous faisons le résumé :

Nhnews : Le camp présidentiel traverse une grave zone de turbulence dont les ondes de choc  sont  ressentis même en Europe et aux Usa, car relayés   par les médias étrangers. La logique aurait voulu que vous soyez  aux premières loges pour défendre Macky Sall face à toutes ces attaques. Or vous restez totalement inaudibles. Comment expliquez-vous votre posture ?

Il y a un grand mécontentement au sein de l ‘Apr. Savez-vous que depuis les élections, il n’ y a eu qu’une seule réunion du bureau exécutif du parti ? C’était juste après les présidentielles. Une réunion qui s’est tenue au palais de la république et pendant laquelle, seul Macky Sall a pris la parole. Et plutôt que de nous féliciter pour le travail abattu et notre victoire, il nous a copieusement savonnés.  Il nous a remonté les bretelles.

Nhnews : Drôle de réaction pour quelqu’un qui a gagné avec 58% des suffrages. L’ambiance aurait dû être à la fête. Qu’est-ce qu’il vous reproche ?

Il nous a dit qu’avec son bilan et tous les moyens qu’il a mis à notre disposition, il ne pouvait accepter   que l’opposition  ait pu nous battre avec des écarts aussi larges dans certaines localités et la Diaspora. 

Mais nous sommes en démocratie ! L’opposition a aussi ses militants. Ce sont les règles du jeu. On ne peut pas gagner partout ! Le minimum de décence et de respect  aurait été de nous féliciter et d’encourager ceux qui ont perdu dans leurs fiefs .

Nhnews : Ce sont les seuls griefs ?   

-Non ! L’idée du Dialogue National n’a  jamais été discutée au niveau des instances du parti.  Nous n’avons pas été informés de cette décision. Macky Sall nous a mis devant le fait accompli. Après les présidentielles, il a verrouillé toutes les portes et rompu le dialogue avec nous. Il décide seul. L’Apr ne fonctionne plus comme un parti. Il convoque ceux dont il a envie et prend ses décisions en solitaire. Ceux qui sont à ses cotés relèvent de son choix personnel et non des instances du parti.  Nous n’avons été ni félicités ni récompensés pour le travail accompli. Les cadres de l ‘ Apr ont été les grands perdants dans la distribution des postes.

Les alliés ont pratiquement tout raflé, même ceux de la dernière heure comme Souleymane Ndéné Ndiaye, président du conseil d’administration  d’ Air Sénégal,  Mamadou Diagne Fada qui se retrouve DG de la Sonacos,  Abdou Khafor Touré directeur général  de la Compagnie  générale immobilière du sahel etc.

Cependant, ce que les cadres du parti ne parviennent  pas à digérer,  c’est la nomination de Amadou Hott comme ministre de l’économie du plan et de la coopération, alors que l ‘ Apr recèle de profils beaucoup plus compétents et qui se sont battus sur le terrain alors que  Amadou Hott se prélassait à l’étranger. Pour toutes ces raisons, nous avons décidé de ne pas nous mêler du scandale pétrolier  et de laisser Macky Sall se débrouiller seul pour sortir son frère du bourbier.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :