SITUATION DES RESSORTISSANTS SÉNÉGALAIS EN AFRIQUE DU SUD: Aucun cas de torture ni de décès enregistré selon le communiqué du conseil des ministres.

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Certes, il est nécessaire dans des situations pareilles de bien communiquer pour apaiser les familles pour un gouvernement responsable. Seulement, une telle approche communicationnelle qui ressemblerait plus à un tapage médiatique aux couleurs de politique politicienne ne saurait perdurer pour la seule et simple raison que voici : la gestion de cette situation grave, n’étant rien d’autre qu’une épuration de ressortissants africains par des sud-africains, devrait impérativement être gérée dans sa globalité géopolitique continentale et non de façon parcellaire, comme si la psychose micro-étatique, héritée depuis le congrés de Berlin en 1885, nous rattrapait à chaque fois, comme si celle-ci s’était mélangée à notre ADN.

Non, des africains et des africaines sont jusqu’ici, entrain d’être saucissonnés puis brûlés vifs par des sauvages sud africains bantous.

Que les 53 états africains aient le courage de se dresser comme un seul pays contre ce monstre sud-africain. Ils doivent être capables de leur mettre la pression afin de les contraindre à reculer.

La situation est tellement cahoteuse, qu’une simple et anodine gestion parcellaire à ce massacre inédit, ne pourrait aucunement être la solution. La gestion ne pourrait être que globale. Ce qui me chagrine, c’est le sang des africains versé et les exactions entrainant des morts. Ce qui me préoccupe, c’est surtout la sécurité de tous les africains, sans distinction d’appartenance de nationalité.

La seule qui vaille, est la nationalité africaine; si et seulement si, notre idéologie PANAFRICANISTE est une réalité. De grâce, que l’Etat sud-africain regrette pour toujours son acte de haute trahison contre tout un continent qui les aura soutenus et qui aura payé le plus lourd tribut dans le combat contre l’apartheid.

Désormais, et c’est bien malheureux, l’apartheid qui a toujours été un crime contre l’humanité, sa fin est maintenant devenue un crime contre les africains qui l’auront combattu. Quel retour de flammes!

Adjudant en retraite ndiapaly gueye, expert en communication des crises – Email: ndiapalygueye@yahoo.fr
775712295

%d blogueurs aiment cette page :