Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Solari attaque la presse pour défendre Ramos

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lors de la conférence de presse tenue en marge du déplacement de Madrid à Rome, Solari a attaqué une partie de la presse, reprochant la publication d’informations qui « ne sont pas vraies », destinées à entâcher l’image de Sergio Ramos.

Sergio Ramos a l’habitude des polémiques. Depuis la dernière finale de Ligue des champions et cette action controversée avec Salah, le central de Madrid a subi des attaques de plusieurs secteurs de la presse nationale et internationale. Ces derniers jours, il a par ailleurs été accusé de dopage, ‘Der Spiegel’ dénonçant plusieurs irrégularités lors de tests anti-dopage.

L’Espagnol s’en est défendu, via des déclarations publiques mais aussi un communiqué officiel. Tous les ‘Merengues’ souhaite serrer les rangs autour de leur leader, qui, au cours du déplacement à Rome, était accompagné de son frère et son agent, René.

Solari, son entraîneur, est également sorti en défense pour lui avant le choc de Ligue des champions, vital pour la qualification du club espagnol pour les huitièmes. « C’est avant tout un homme honnête. C’est un emblème, pas seulement de Madrid et du football, mais également du sport en Espagne. C’est le devoir de tous de le protéger, également du journalisme », a-t-il souligné.

L’Argentin, autrefois chroniqueur du quotidien ‘El Pais’, a estimé que les informations apportées ces derniers jours ne correspondaient pas à la réalité, allant ainsi à l’encontre des devoirs des journalistes : « Le devoir du journalisme est d’apporter la vérité, les positionnements viennent après ».

‘L’Indiecito’ a avancé ses arguments, sur un ton aimable mais direct : « La vérité n’est pas discutable, encore moins quand elle affecte une personne. Mais si des articles qui ne sont pas vrais sont publiés, la profession perd sa raison d’être. Cela nous porte préjudice à tous, mais surtout à vous [à la presse] ».

%d blogueurs aiment cette page :