Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Sonko, cible hurlante de l’APR

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les choses sérieuses commencent, comme aurait dit un célèbre confrère de la RTS.

La bataille des parrainages a déjà fait ses premières victimes au niveau du Conseil Constitutionnel et les comptes et mécomptes de ce préliminaire ont changé certaines postures de leaders politiques et ont fait bouger les lignes du paysage politique national.

Ousmane Sonko, qui est devenu une des icônes de l’opposition, semble être devenu la cible principale de la machine de destruction massive de l’Apr. Pour l’heure, toutes les attaques de l’Apr convergent vers lui et tentent de le décrire comme une cible à abattre avec des révélations croustillantes, mais dévastatrices pour son image et sa crédibilité.

Cela rappelle, à certain moment, la posture de Me Abdoulaye Wade face à l’appareil de propagande du Parti Socialiste durant le magistère de Abdou Diouf à la tête de l’Etat.

Par ci, par là, des imputations et des allégations sont faites sur des relations coupables entre le leader de Pastef et une firme pétrolière irlando-britannique ainsi que son affairisme et sa vénalité concernant les affaires domaniales où il serait empêtré .

Vrai ou faux ? La suite des évènements sur le chemin de la campagne électoral nous édifiera certainement. Mais, d’ores et déjà, il faut retenir que cette posture de Sonko et les attaques de l’appareil de l’Apr font bien les affaires de ce nouveau candidat au leadership de l’opposition.

Qu’il soit devenu une cible principale des partisans de Macky Sall l’installe dans une position de challenger ou d’outsider sérieux là où les partisans du Président sortant semblent n’avoir que mépris ou indifférence à l’endroit de candidats présidentiables et ténors politiques comme Idrissa Seck, Khalifa Sall et Karim Wade.

Tout comme, en l’élevant, ainsi, à la dignité d’adversaire à combattre, les partisans de Macky Sall font, de facto, du leader de Pastef la menace la plus sérieuse contre eux dans le lot des jeunes nouveaux dirigeants comme Malick Gackou, Cheikh Bamba Dièye, Moustapha Guirassy qui jouent la carte de la relève générationnelle face à la vieille garde politique des survivants du socialisme et des rescapés du sopisme.

Politiquement donc, Sonko doit boire du petit lait face à ces attaques de la machine de l’Apr, car cela fait son affaire. Et le jackpot pour lui, serait de pouvoir être la révélation de la prochaine élection présidentielle en arrivant juste dans le peloton de tête avec comme cerise sur le gâteau d’être mieux positionné en arrivant second derrière le vainqueur de cette élection. Que cela se fasse au premier ou au second tour.

Il serait alors en pôle position pour la prochaine élection prévue normalement en février 2024. Et c’est peut-être cela, l’un des objectifs cachés de la stratégie dans les « attaques » de l’appareil de l’Apr : aider à crédibiliser Sonko pour mieux l’amener à abattoir Idrissa Seck, Karim Wade, Khalifa Sall et compagnie.

Pour Gackou et le premier lot des recalés du parrainage, l’exécution a été bien faite par le Conseil Constitutionnel.

Kalidou SOUARE

%d blogueurs aiment cette page :