Accueil > Bloc note > Nh N°1001 DU 02 AU 08 JUIN 2016 :Le bloc-notes… • Par Yoro DIA

Nh N°1001 DU 02 AU 08 JUIN 2016 : Le bloc-notes… • Par Yoro DIA

Dialogue politique : Arme politique de distraction massive


Le dialogue national lancé par le Président Macky Sall est une arme politique de distraction massive. On parle de dialogue national quand on sort d’une guerre civile ou d’une grave crise nationale comme la situation de notre pays dans les années 90 après les émeutes de 1988, l’état d’urgence …. Dans les années 90 le dialogue national a permis d’aboutir au code consensuel de 1992 qui a contribué à pacifier la vie politique sénégalaise. Le Mali ou la Cote d’Ivoire ont besoin de dialogue national, mais pas le Sénégal qui, selon les mots même de Macky Sall, est une « démocratie mure et majeure ». Le seul problème de notre démocratie est qu’elle est trop normale. Il n’y a rien à signaler sur le plan politique ni institutionnel. Depuis 2000, nous avons eu deux alternances présidentielles et nous venons de sortir d’un referendum. Le gouvernement gouverne, l’opposition s’oppose, l’assemblée débat et vote les lois. Aucun trouble politique. Dans ce contexte de normalité parfaite convoquer un dialogue national est une arme politique de distraction massive. Distraire l’opinion et le pays pour mieux masquer la transhumance. Derrière le rideau du dialogue politique, Macky Sall veut lancer une OPA sur le PDS pour s’assurer une réélection. Le PDS est un enjeu fondamental pour 2009 d’où cette course de vitesse entre Macky Sall et Idrissa Seck pour le contrôle du PDS. Le dialogue national vise à donner un emballage politique à cette OPA présidentielle sur le PDS. C’est de bonne guerre sur le plan politique, mais il ne faut pas qu’on nous le présente comme un dialogue national ou comme des retrouvailles libérales car l’idéologie n’a jamais été une donnée fondamentale au Sénégal. Wade l’ultra libéral s’est allié à l’extrême gauche en 2000 pour déboulonner les socialistes. Macky Sall un libéral gouverne depuis 4 ans avec Niasse et Tanor qui sont encore des socialistes en tout cas jusqu’au moment où vous lisez ces lignes.

Après Habré, Jammeh le prochain sur la liste


Le Président Gambien n’a pas dormi du sommeil des justes. Il sait qu’après Habré il a de fortes chances d’être le prochain sur la liste pour la bonne et simple raison qu’il est l’un des derniers dictateurs sanguinaires du continent. Il y a encore des despotes, des autocrates, mais Jammeh et le Président érythréen sont les derniers dictateurs du continent. Les Chambres africaines, la CPI ont au moins le mérite d’avoir fait changer la peur de camp. A défaut d’être vertueux, cette épée de Damoclès de la justice africaine ou internationale pousse les dictateurs à la retenue. Si la CPI ne juge que les africains, c’est que ce qui se passe en Afrique ne se passe plus nulle part ailleurs. Nulle part ailleurs dans le monde on ne compte des milliers de morts pour des élections comme en Côte d’Ivoire ou au Kenya. Habré a été victime du changement de paradigme entre deux mondes. Habré a toujours sacrifié les droits de l’homme à l’autel de la raison d’Etat. Il vient d’être sacrifié à l’autel des droits de l’homme. Quand Habré était Président, la raison d’Etat était le moteur des relations internationales, il a été jugé par et dans un monde où les droits de l’homme sont devenus le moteur de l’histoire. En droit, c’est de la rétroactivité en histoire de l’anachronisme, mais comme dit Thomas Jefferson, « L’arbre de la liberté devrait, de temps en temps, être arrosé du sang des tyrans, car c’est un engrais naturel. De nos jours, c’est la peur du tyran qui est devenu l’engrais de la liberté. Il suffit de lire attentivement l’interview de Jammeh à Jeune Afrique pour être convaincu que derrière la fuite en avant du Néron de Banjul se cache une grosse frayeur.

Des roches à un 5 Etoiles


C’est à la cérémonie des 30 ans du Terrou-bi que j’ai compris pourquoi l’Arc de Triomphe et la Tour Eiffel rapporte plus à la France que la vente des rafales. J’ai aussi compris comment le tourisme et l’hôtellerie sont les poumons de l’Economie de beaucoup de pays comme la France, l’Egypte, les Seychelles. Combien de fois j’ai pris un café sur la terrasse du Terrou-bi en méditant sur le coucher du Soleil. Combien de fois j’y ai dégusté le merveilleux saumon ou le carpaccio qui vous fait penser que vous êtes en Andalousie du temps des nasrides. Mais il a fallu la soirée des 30 ans que derrière le bon café au coucher du soleil, le saumon fumé et le carpaccio, se cache une véritable industrie. C’est le jour des 30 ans que j’ai appris que le Terrou-bi est une industrie qui emploie 700 personnes. Le ministre de la Formation professionnelle de l’apprentissage et de l’artisanat qui faisait partie des invités a salué un modèle de partenariat public-privé qui promeut l’emploi des jeunes à travers la formation professionnelle et l’apprentissage. Au delà de 700 emplois, j’ai été particulièrement ravi d’entendre que cet hôtel 5 Etoiles est une success story purement sénégalaise. « C’est une success story purement sénégalaise. Une réussite professionnelle au Sénégal par des sénégalais et c’est la preuve que notre pays a tous les attraits pour l’investissement et le développement ». Inauguré le 28 mars 1986 par le ministre du Tourisme Momar Talla Cissé en 1986, le Terrou-Bi qui n’était qu’un restaurant est devenu un complexe hôtelier 5 étoiles sur notre belle corniche. Cette corniche qui est notre plus belle carte de visite. L’émergence c’est avant tout des projets grandioses pour ne pas dire fous comme transformer un amas de roches en hôtel 5 étoiles. C’est le cas du terrou bi, mais aussi celui de l’hôtel Aldiana à Kaolack où le promoteur a construit un véritable « aldiana » dans la fournaise de Kaolack. Le pays émergera si dans 10 ans nous avons d’autres terrou-bi dans les iles du Saloum ou à Carabane qui a l’un des plus beaux couchers du soleil du monde. Notre pays a une vocation naturelle pour le tourisme, mais il nous manque encore des hommes audacieux qui osent rêver grand et transformer la réalité.


Commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.