Accueil > Bloc note > :Le Bloc notes de Yoro DIA - Nh N°1002

: Le Bloc notes de Yoro DIA - Nh N°1002

Lectures du Ramadan
Il n’y a pas de Dakh koor plus délicieux que d’entreprendre un long périple littéraire vers l’Orient pendant ce mois de ramadan. L’Orient avec ses 42 siècles de civilisation avec des intermèdes de barbaries comme actuellement avec DAESH. L’Orient que je vous propose de découvrir n’est pas celui de DAESH mais celui enchanteur des « mille et une nuit », le plus grand roman de tous les temps. Les « mille et une nuit », œuvre anonyme en tête des mille livres qu’il faut avoir lus dans sa vie. Prenez la direction de l’Orient avec les mille et une nuits dans votre sac et découvrez le destin fabuleux d’Ali Baba face aux 40 voleurs dont l’épilogue se termine à Damas qui est à des années lumières du Damas des Assad. Dans les mille et une nuits vous découvrirez l’histoire de Amin le mendient alcoolique qui s’endort ivre dans les rues et se réveille sultan du Caire avant de se réveiller le lendemain mendiant les rues parce que cette bonne blague et les tourments de Amin qui valse de Sultan à mendiant fait rire le vrai sultan. Rira bien qui rira le dernier jusqu’à ce que le mendiant devienne définitivement sultan. Dans ce chef d’œuvre littéraire, il y a aussi beaucoup de leçons sur la vie mais aussi beaucoup d’humour avec Bag Bag, le bouffon du sultan qui fera rire tout le monde même devant son cercueil. Last but not least, c’est dans les mille et une nuits que vous découvrirez l’histoire du tapis volant et la fameuse lampe miracle d’Aladin. Si vous avez le temps de finir les mille et une nuits, l’académicien Amin Malouf est aussi un bon compagnon de route pour le Ramadan. Pour Malouf, mieux vaut commencer par suivre Léon l’Africain et terminer par Samarcande (une biographie d’Omar le Khayam). Les pas de Léon l’Africain, vous mèneront du début de la fin de Grenade (Andalousie) à Rome en passant par Fès, Tombouctou et le Caire. Léon l’Africain est le meilleur exemple de la civilisation de l’universel cher à Senghor. Samarcande vous permettra de voyager en Mésopotamie avec le poète perse Oumar Khayam et sa vie fabuleuse, mais aussi et surtout de découvrir les liens entre Nizam al Mulk et Hassan ibn al Sabbah, le fondateur de l’ordre des assassins (le mot vient de hassachines) au sommet de la montagne à Alamut. Entre Léon l’Africain et Samarcande, vous pouvez aussi lire le périple de Baldassare et accompagner ainsi ce marchand génois dans sa quête d’un livre mystérieux censé lui relever le « centième nom de d’Allah ». Cette année 2016, il faut ajouter à vos lectures du Ramadan le dernier Goncourt. Boussole de Mathias Enard est un must. C’est l’un des meilleurs que j’ai lus. Tout part d’une insomnie à Vienne, la porte de l’Orient et au réveil ou quand il se lève, il aura fait le tour de l’Orient avec des va et vient entre l’antiquité (Petra, Palmyre, Istanbul, le Nil ….) et la triste modernité avec les égorgeurs de DAESH. Le dernier Goncourt est aussi une boussole qui vous oriente dans Grande histoire de la littérature et de la musique, mais aussi dans la petite histoire des Grands écrivains et des génies de la musique. Jamais une insomnie n’a jamais aussi délicieusement servi de décor pour de si belles randonnées en Orient depuis les mille et une nuits.


Commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.