Talla Sylla, Ciré Dia, Maodo Mbaye… Le Spleen des responsables Apr à Thiès

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ils étaient la crème de l’armée du candidat Macky Sall lors des présidentielles de février 2019. Le nec plus ultra des forces lancées à la reconquête du pouvoir. Et pour cause, ils étaient chargés de la mission la plus difficile, la plus haletante et surtout la plus emblématique : Prendre la bastille.… S’emparer du Quartier  général de l’ennemi jugé  imprenable, inexpugnable.… Prendre Thiès, le fief de Idrissa Seck.

Pour cette mission presque impossible, Macky Sall avait mis les moyens. Un  commando de choc composé du gratin originaire de la ville rebelle :

Ciré Dia,  proche parent de Macky Sall  ( sa mère est la tante de ce dernier) tout puissant directeur de La Poste cité dans plusieurs scandales financiers, mais paradoxalement jamais inquiété, Maodo Malick Mbaye, ( Dg Agence national de la maison de l’outil), Alioune Sarr ( ministre du commerce), Abdou Mbow ( vice président de l’assemblée nationale), Augustin Tine ( ministre des forces armées) et le tonitruant maire de Thiès Talla Sylla.

Depuis leur déroute, le président Macky Sall semble leur battre froid. Il leur en veut de ne pas avoir été à la hauteur.

En effet, plus que partout ailleurs, Macky Sall avait fait de Thiès une affaire personnelle, un duel à distance avec Idrissa Seck.

Une victoire à Thiès aurait été une victoire personnelle.… Une défaite aussi.

Et comme en politique certaines  défaites se payent cash, ces responsables ont entamé une longue traversée du désert.

L’ex tout puissant Ciré Dia n’est plus que l’ombre de lui-même. Nommé au poste fantomatique de président du conseil  d’administration de la Loterie nationale Sénégalaise,  il vit reclus dans sa majestueuse villa à la  Cité Keur Malick selon nos confrères du journal l’Obs.  

Talla Sylla, le maire à la voix de Rossignol qui n’hésitait  pas à jouer une sérénade pour séduire les électeurs n’a plus envie de pousser la chansonnette.  

Elu maire grâce à Idrissa Seck, il déposera pourtant ses baluchons  dans le camp présidentiel.

Il a peu de chance de rempiler.

Dr Pape Amadou Ndiaye président du conseil d’administration ( Pca ) du fonds de garantie des investissements prioritaires (Fongip)  autre responsable politique de l’Apr à Thiès  fait  un amer constat : « Chacun travaille dans son coin. Il n’y a aucune décision par rapport à la coordination communale. Il y a toujours des querelles entre responsables. Cela ne milite  pas en faveur du parti.» 

Il n’hésite pas à en appeler à la clémence du président de la république : « Il faut que le président reçoive les  Thiessois. Tant qu’on ne fera pas un diagnostic, on n’ira nulle part. Ce sera comme un chien qui se mord la queue. On va tourner en rond. »

On est bien loin du Triomphalisme de l’avant présidentiel.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :