Tentative de coup d’état : Réveil douloureux pour les Gabonais

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  


Il est  5 h 30, ce lundi matin. A Libreville, les premiers rayons du soleil peinent à percer l’encre de la nuit. La majorité des Gabonais dorment encore. Pourtant une poignée de militaires, profitant du noir, se faufilent dans les locaux  de la Radio Télévision sise Boulevard triomphal dans le centre ville, et s’emparent du bâtiment sans coup férir. 


Ils se présentent  comme « Le Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité ». Estimant que  le message à la nation du président Ali Bongo depuis le Maroc où il est en convalescence suite à son accident vasculaire cérébral a «  renforcé le doute sur sa capacité à assurer la fonction de président de la république » et que «  les conservateurs acharnés du pouvoir, dans leur funeste besogne continuent d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’ Ali Bongo Ondimba sous le regard complice de la haute hiérarchie militaire », ils ont décidé  de  mettre sur pied « un conseil national de la restauration » en vue d’une transition démocratique. D’ailleurs, ils donnent rendez-vous à l’assemblée nationale à un certain nombre de personnalités.

06 h 30 : Des coups de feu éclatent autour de la radio.

07h 47 : Les autorités informent que les points stratégiques sont sous contrôle,  idem que les abords de la Radio Télévision.

08 h : Internet est coupé ainsi que l’électricité dans plusieurs quartiers de la capitale.

08 30 : Les premières images  des mutins sont diffusées. On voit un militaire assis devant le micro et deux autres derrière lui, tenant des armes. Celui qui lit le message se présente comme étant le lieutenant Kelly Ondo Obiang, commandant adjoint de la Garde républicaine.  

08 h 35 : L’armée envahit la Radio Télévision. Les putschistes se seraient retranchés dans une pièce qu’ils auraient fermée à clé  selon une source de la présidence Gabonaise.

08 45 : Joint par RFI, l’ambassadeur du Gabon à Paris annonce l’arrestation des mutins.

09 10 : L e porte-parole du gouvernement  Guy-Bertrand Mapangou confirme officiellement  sur RFI, l’arrestation de quatre mutins. Un cinquième serait en fuite : « Je peux vous dire que la situation est sous contrôle des forces de défense. Il s’agit  de cinq militaires qui appartiennent à la garde d’honneur. Un groupe de plaisants car la hiérarchie dit ne pas être au courant de ce groupe et ne pas connaître comment ils se sont préparés. Quatre ont été maitrisés et le fameux lieutenant  Kelly Ondo Obiang est en fuite. Il sera rattrapé par les forces de défense et de sécurité qui sont à ses trousses. » 


Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :