Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Tuerie de la mosquée de Nouvelle Zélande : La vidéo de l’horreur

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Brenton Tarrant avait préparé son coup avec une minutie d’orfèvre : véritable arsenal de guerre, publication d’un manifeste et diffusion en direct de la tuerie sur les réseaux sociaux.

La publication sur Twitter d’un manifeste de 73 pages intitulé ‘’Le Grand remplacement ’’ dans lequel il décrit le processus qui a conduit à sa radicalisation, est une référence à la thèse de l’écrivain Français François Camus sur la ‘’disparition des peuples Européens.’’

L’Hexagone qui est au cœur de sa folie meurtrière.

Il raconte comment en visite en France, il avait vu l’horreur en entrant dans un centre commercial : « Il y avait plus d’envahisseurs (des Musulmans) que de Français. J ‘ en avais assez vu et je suis sorti de la ville en colère, refusant de rester plus longtemps dans cet endroit maudit. »

Enfin, Il aura été marqué par la défaite de Marine Le Pen, présidente du Front National, parti d’extrême Droite lors des présidentielles de mai 2017.

« C’est là que j’ai décidé d’agir, de m’engager dans la force. De m’engager dans la violence. De mener le combat contre les envahisseurs moi-même. »

La première ministre de la Nouvelle Zélande, Jacinda Arden, reconnaît avoir reçu le manifeste 9 minutes avant la tuerie.

Seulement le délai était trop court pour mobiliser les forces de sécurité, localiser le forcené et le neutraliser avant l’irréparable.

Même le choix du lieu ne relève point du hasard : Une mosquée dans une ville qui s’appelle Christchurch (l’Eglise du Christ).

La volonté d’opposer le Christianisme (Blanc) à l’Islam (Arabe) est manifeste.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :