Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Une Grâce liée à son Désir ou sa Volonté : Le Message non Décrypté de Macky Sall sur Rfi

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le jour où j’en aurais la volonté ou le désir, je le ferais comme j’ai eu à le faire. Annuellement plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là. »

Cette posture du président Macky Sall  sur Rfi semble avoir provoqué beaucoup de remous  dans le landerneau politique et l’opinion publique.

Les mots « volonté » et  « désir » ont notamment choqué  certains qui  dénoncent  une inclinaison  à  lier  le destin de Khalifa Sall à ses seuls désidératas.

La quintessence de la déclaration ne se trouve pourtant pas dans la première phrase, mais dans la seconde.

Macky Sall refuse de voir en Khalifa Sall un prisonnier d’exception qui bénéficierait d’un traitement d’exception surmédiatisé.

Lui accorder une grâce sous la pression serait lui reconnaitre le statut de prisonnier politique.

Dans son entendement, Khalifa Sall est un prisonnier de Droit Commun comme des milliers d’autres qui croupissent en prison pour des délits divers.

Ni plus ni moins.

Des prisonniers à qui il accorde sa grâce pour marquer certains événements comme la Tabaski ou les fêtes de fin d’année  ou (comme il l’a souligné) pour  désengorger les lieux de détention surpeuplés.

C’est uniquement dans ces deux cadres que Khalifa Sall pourra bénéficier  de sa mansuétude.

Et comme la générosité est une prérogative personnelle, il en usera selon sa « volonté » ou son « désir ».

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :