Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Vérification du parrainage: la mission d’observation de la société civile énumère les limites

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mission d’observation de la société civile du dépôt des dossiers de candidats à la candidature en vue de la présidentielle de 2019 sort enfin du bois. En conférence de presse ce lundi 7 janvier 2019, elle a tenu à se féliciter de l’acte posé par le Conseil constitutionnel à savoir l’ouverture du contrôle à la société civile et en présence des candidats à la candidature.

Seulement, les sept personnalités de la société civile qui ont été choisies disent avoir décelé des limites dans la méthodologie de contrôle du parrainage. Ils en veulent pour preuve « la réglementation de l’ordre de passage qui a donné lieu à des bousculades et des violences au moment des dépôts, l’absence de référentiel précis disponible pour tous les candidats pour éviter des erreurs matérielles ; l’absence d’informations sur le logiciel de traitement des données utilisé (quel logiciel, comment a-t-il été paramétré, etc.), le manque d’informations détaillées pour les candidats sur les motifs  autres que les doublons, la quasi inutilité des fiches de parrainage lors des opérations de contrôle et de validation. » 

Parmi les recommandations qui ont été formulées, il y a le fait de donner la possibilité aux candidats qui le souhaitent de vérifier les détails des motifs de rejet et de formuler des réclamations avant la publication de la liste des candidats. La société civile pense par ailleurs qu’il est nécessaire de mettre en place une plateforme unique d’enregistrement simultané des parrainages pour tous les candidats. Ce qui est faisable d’après elle dès lors que les fiches de parrainage n’ont  jusque là  pas été exploitées par Conseil constitutionnel. 

Omar Ndiaye 

%d blogueurs aiment cette page :