Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Washington supprime des programmes d’aide militaire au Cameroun

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les Etats-Unis ont annoncé cette semaine avoir mis fin à plusieurs programmes d’aide militaire et sécuritaire au Cameroun. Cette décision intervient suite à des allégations de graves violations des droits humains mettant en cause l’armée camerounaise. Washington exige de Yaoundé qu’une enquête soit menée sur ces accusations qu’elle estime crédibles.

Le Cameroun risque fortement de perdre une grande partie du soutien américain dans sa guerre contre le terrorisme. Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu’ils mettaient fin à certains programmes d’aide militaire et sécuritaire dans le pays. «Après examen attentif» de «notre relation de sécurité avec le Cameroun», «le gouvernement américain a mis fin à certaines de nos coopérations», a déclaré un responsable du département d’Etat américain au micro de l’AFP.

Selon lui, Washington peut aller plus loin en supprimant encore plus d’aide au Cameroun. «Nous ne prenons pas ces mesures à la légère, mais nous ne nous déroberons pas s’il fallait diminuer encore davantage notre aide à la lumière de l’évolution de la situation», a ajouté le responsable américain insistant sur l’intransigeance des USA.

A travers cette décision américaine, Yaoundé perd beaucoup. Les programmes supprimés portent sur les livraisons de pièces détachées pour les avions de transport militaire américains C-130 appartenant à la flotte camerounaise, de quatre bateaux de patrouille, de neuf véhicules blindés et d’un système radar. Le Cameroun perd également la proposition qui lui a été faite d’être candidat à un programme américain de formation de ses forces de défense. D’après des estimations de la chaîne CNN, l’aide annulée porte sur une enveloppe de 17 millions millions de dollars.

Une accusation de graves violations des droits humains

Ces décision de Washington n’est pas sans motif. Elle fait suite à des allégations de violation des droits de l’homme mettant en cause les forces de sécurité et de défense du Cameroun. On parle d’assassinats ciblés, de détention illégale, de village incendiés et pillés.

A l’instar des Organisations non gouvernementales qui ont appelé les Nations Unies à ouvrir une enquête, les Etats-Unis ont appelé les dirigeants camerounais à mener des enquêtes afin de faire la lumière sur les faits et situer les responsabilités. «Il est dans l’intérêt du Cameroun de faire preuve d’une plus grande transparence dans les investigations sur des accusations crédibles de graves violations des droits humains de la part des forces de l’ordre, notamment dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et de l’Extrême-Nord», a indiqué l’ambassadeur américain au Cameroun Peter Henry Barlerin ce jeudi à la presse après l’annonce de la décision.

Le diplomate qui venait d’échanger avec le nouveau ministre camerounais de la communication René-Emmanuel Sadi, a également insisté sur les «bonnes relations» entre leurs deux pays. «Les relations entre le Cameroun et les Etats-Unis restent bonnes et on va continuer. Nous respectons les sacrifices que le Cameroun fait dans l’Extrême-Nord et dans le bassin du lac Tchad contre Boko Haram», a déclaré le chef de la représentation américaine à Yaoundé.

Avec LTA