Le Bloc-notes de Abdou GNINGUE – Faut pas…Forcer!

Spread the love

Majorité et opposition sont toujours dans leur rôle, à savoir faire de la politique à tout moment. Actuellement, nous  autres électeurs, qui avons le dernier mot, attendons cette date qui pourrait intervenir au plus tard (Sic) le 31 Janvier 2022 comme actée par l‘Assemblée Nationale . Mais ce qui est choquant ici dans ce choix de date c‘est cette …exigence d‘une partie de l‘opposition dite radicale qui pense que tout doit lui être donné sans discussion et par la force. 

Suite à ces émeutes qui ont versé le sang de plusieurs jeunes compatriotes, elle pense que son  exigence serait soutenue toujours par une foule folle qui lui permettrait d‘entamer cette fameuse  vague dévastatrice…qui nous est promise,  par un leader, dopé certainement par cette violence vécue, dans la douleur et la tristesse, le mois dernier par le paisible peuple du pays de la Teranga. Dans la même lancée, un leader, qui était connu pour sa modération, bande  les muscles pour dire que désormais, sur le plan politique ….Tout va se régler par la….Force ! Suivez mon regard!

Ne sommes-nous plus au pays du dialogue, comme aimait à le dire le Père Léo pour caractériser notre cher Sénégal, connu et reconnu comme tel par le monde entier. Tout doit être discuté pour trouver une solution. Parce que, entre ceux qui veulent les élections au plus tard le 31 Décembre 2021 et les autres qui souhaitent les organiser avant le 31 Janvier 2022, le hiatus n‘est pas énorme, donc dialoguons,  pour reprendre Mme Amsatou Sow Sidibe de CAR Leneen, de l‘opposition modérée, pour ne pas dire raisonnable. Elle ajoute que: la recherche du pouvoir doit se faire en respectant les principes de stabilité du Sénégal. Cette position de Mme Sidibe entre dans la philosophie des fondateurs de la Nation sénégalaise dont le désir du Vouloir Vivre en Commun dans la paix devrait toujours l‘emporter sur Tout. Arrêtons de nous faire peur en pensant que seule la…Force peut régler les problèmes…Politiques dans notre pays.

L’autre semaine, une manifestation a été organisée, à la Place de la Nation, par des associations de femmes pour soutenir la dame Adji Sarr, qui accuse de viol le leader du Pastef Ousmane Sonko. A cette rencontre, on a noté une absence notoire de beaucoup de droit de l’hommistes pourtant toujours prêts à s’épancher sur les plateaux de télévision quand il s’agit de soutenir un  leader politique qui serait offensé. A moins que le principe des Droits de l’Homme est limité à la gente masculine par nos autoproclamés défenseurs des Droits de l’Homme.

Voilà aussi, des comédiens, en mal d‘inspiration, entrer …dans  le salon de massage Sweet Beauty, pour juger et condamner la pauvre Adji Sarr, en montant une série dont le thème se réfère à ce qui s‘était passé dans ce fameux local. Comment une affaire, encore pendante devant la justice, peut elle être mise en scène comme si ces comédiens étaient sur les lieux et auraient assisté aux scènes indécentes qui s‘y seraient passées ? Outre le Conseil National de Regulation de l‘Audiovisuel qui a convoqué les responsables de la troupe pour une demande d’explication, le Procureur de la République devrait les entendre comme témoin. Ainsi, ils vont nous raconter tout ce qu‘ils auraient vu de Sweet (sucré voire succulent) dans ce salon de réputation mondiale et qui attire déjà des touristes.

Les droits de l‘hommistes, toujours prêts à sauter comme un diable qui sort de sa boîte, sont eux aussi  terrorisés par cette opposition radicale qui donnent une peur bleue aux journalistes qui ne lui posent que des questions ouvertes pour ne pas dire des questions bateaux pour reprendre le jargon journalistique, dans le genre: Que Pensez-vous de…( Genre Wax sa Xalaat). Le leader se défoule et tire sur tout ce qui bouge avec la complicité notoire du journaliste qui n’osera même pas relancer son interlocuteur même si c’est nécessaire, par peur d‘être rabroué comme un vulgaire interlocuteur. C‘est simplement honteux!

Les journalistes n’ont pas couvert de manière exhaustive la manifestation de soutien à Adji Sarr, par peur de représailles, dans les réseaux sociaux, des aboyeurs de certains leaders politiques, qui déversent leurs insanités, à tous ceux qui oseraient porter la contradiction à….leurs maîtres.

Ce que l‘on  a constaté, dans les réseaux sociaux, après le décès du Doyen des Juges Samba Fall, est scandaleux et inhumain. Voilà un homme que ses collègues magistrats ont qualifié d’homme intègre et compétent dans son travail. Le même jugement est porté sur ce juge par tous ceux qui le fréquentaient dans la vie de tous les jours. Nos aboyeurs patentés, dénués de tout sens humain, eux, ont osé dire des paroles indignes et malsaines, sur cet homme très pieux, intègre et très humain. L’hommage que lui a rendu Guy Marius Sagna confirme ces qualités du juge Samba Fall. C’est une agréable surprise venant d’un homme qui, à plusieurs reprises, a été mis sous mandat dépôt par ce juge pour des raisons professionnelles et hautement judiciaires.

Quant à ces aboyeurs invétérés, ils se cachent derrière leurs claviers pour déverser leurs biles sur de paisibles citoyens et maintenant…des morts. Ils ne perdent rien à attendre. Ils oublient qu’un jour, ils se retrouveront, seuls dans leurs tombes, face au Tout Puissant, Maître des Cieux et de la Terre, à qui ils vont rendre compte de leurs activités favorites alors  qu’ils vivaient dans la société des hommes. C‘est un jour redoutable qui arrivera à tout un chacun, donc y penser devrait  atténuer l‘ardeur de certains individus qui se croient éternels et exempts…d‘impunité.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *